Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte libre

Texte libre

8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 22:35

    Bonjour à toutes et tous

Plus la peine de faire défiler les pages pour chercher le ou les textes que vous voulez lire, 
il suffit de cliquer sur le titre et vous voilà prête ou prêt à lire.

donner votre avis

  Que vous aimiez ou non.
Juste quelques secondes pour cela, et vous participez à la progression de ce Blog
Bonne lecture et merci de votre passage

Textes
d'amour

 Texte sur
la vie

Textes de
socièté: 

Textes de
Enfants

 Textes
thèmes divers

Articles de journaux

Je dépose ces larmes

Femme 

Il tourne
(texte sur le chomage)

  Dernier cri

 Revoir Elise Article de journal suite à concours...

Haut parleur 

Mon amie 

Torchon et serviette 
(1er version)

  Devenir  parents

 Hommage  

Sentir là

Ecrit dans ses yeux

Torchon et serviette
(version chanson)
  De son ventre qui gonfle  Ma plume endormie  
Parce que  La jalousie L'enfance qui s'envole    Les mots  
Je t'ecris ce poème   La jalousie II   Ville, tu me fais peur     Le gitan  
Et si je t'...  Si je devais partir   Honte de tout ça
    L'oiseau de ma maison  
Je t'aime à vie Un sourire lui suffit   L’homme descend du singe     TU LUI RESSEMBLES   
Mon aveu Dentelle au vent
(texte mariage)
     Il y a tant  
Plus que ça Une mère        
Je te donne ces mots Leur vie        
  Y croire encore Oubli pas        
  Si c'était pas toi Tu n'es plus là, tu me manque        
Laisse, laisse... Petit homme        
  J'aimerai pour elle Haut parleur (une voix qui se pose et ...)        
  Mon amour Nous en souvenons nous ?        
  Alors, je pars. L'histoire d'une année        
  Promets moi   Pour te dire (Lizbeth)        
            sans jamais partir Des souvenirs        
   TES LEVRES S'EFFACER L'attente        
  Le silence        
         

 

Page avec début de textes 
Cliquez en vous positionnant sur le titre du texte pour accéder au texte en entier.


A bientôt
Patrice ADAM

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans patrice.adam
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 22:33

TES LEVRES S’EFFACER

J’ai vu tes lèvres s’effacer.

J’ai vu le rouge s’en aller.

J’ai vu les traces qui s’éloignaient.

Je les ai vu glisser, glisser, glisser.

J’ai vu le tout devenir flou.

J’ai vu mon cœur battre d’un coup.

J’ai senti mes yeux qui s’inondaient.

J’ai senti mes joues s’enflammer,

Même avec l’eau qui coulait.

J’ai vu que je n’avais pas vu que tu partais.

Patrice ADAM

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES D'AMOUR
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 10:38

Un texte écrit d'après tableau d’AUDREY LEKSTON

De Val de Reuil 27.

 

Ecrit lors d'une soirée slam, à Val de Reuil, à la Fabrique Ephéméride.photo

L’homme descend du singe

 

 

L’homme descend du singe

Il y en a qui descendent plus vite que d’autres.

L’homme descend du singe

Parce qu’il veut crier plus fort que l’autre.

L’homme est-il un singe

Qui serait différent des autres.

L’homme est un singe

Qui enlève les poils de sa peau.

L’homme est une petite fille qui a vu le jour.

Une petite fille qui courait dans sa cour.

Une petite fille qui riait, chantait

Une petite fille qu’une simple paille faisait rêver.

Une petite fille collège, lycée.

Puis………………………………

L’homme a grandi,

A oublié la petite fille.

L’homme descend du singe,

Il y en a qui descendent plus vite que d’autre.

 

 

Patrice ADAM

 

 

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES DE "SOCIETE"
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 12:28

Bonjour à toutes et tous,

Beaucoup d'entre vous me l'ont demandé et se sont étonnés de ne plus voir de nouveaux textes.

Merci de votre fidèlité. et aussi des très beaux compliments et messages que vous m'avez envoyé.

Je vais bientôt, et faire en sorte que régulièrement de nouveau textes soient posé à la lecture de vos yeux.

Esperons qu'ils vous emmenerons voyger comme vous me l'avez dit pour les précédents.

A bietôt et encore UN GRAND MERCI

 

Patrice ADAM

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans patrice.adam
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 00:29

SANS JAMAIS PARTIR

 

je m'en allais errant

au milieu de la nuit,

Et une étoile filante

A traversée ma vie.

Moi, j’ai fait un vœu

Pour que dans l’avenir

On reste tous les deux

Sans jamais partir.

 

Et si vos messages

Sont ceux de la guerre.

Rien que de son visage

Elle les fera taire.

Et de sa voix,

Elle effacera

Toutes vos éclairs

Et vos coups de tonnerre.

 

Elle est pour moi,

La plus belle prière

Que l’on écrira

Jamais sur cette terre.

Et sans rien dire,

Je vais la lire

Toute ma vie.

Si elle le veut aussi.

 

Si un jour sur ses joues,

Il y a de la rosée,

Je serai le vent qui souffle

Ses fontaines d’été.

Je mettrai sur son sommeil,

De la poussière d’étoile

Pour que ses nuits l’emmènent

Dans des rêves de cristal.

 

Je graverai son nom

Sur un morceau de bois mort

Ou les fleurs pousseront

Autant que son bonheur,

Car dans ses yeux,

Je ne veux voir que des fleurs

Et surtout pas le feu

Qui tue tant de bonheurs.

 

Elle est pour moi,

La princesse du soleil

Et quelque fois

Elle m’y emmène.

Tous ses je t’aime

Et ses mots d’amour

Sont des perles,

Et des gouttes de velours

Patrice ADAM

 

 

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES D'AMOUR
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 23:45

 

HONTE DE TOUT CA

 

La force de leurs bras

Soulève à peine le doigt.

On les lève pour toi

A l’heure du repas,

Car tous se médiatise

Même la pauvreté des enfants.

Il faut que je te dise,

Il y a par moment,

J’ai honte de tout ça.

 

Dans leurs yeux plus de larmes,

Car on ne se pleure pas

Et à trop avoir de drames,

Les larmes ne viennent pas.

Pour photographier une star,

On bouscule les enfants.

Mais qui sont ces ignares

Qui se prennent pour des grands ?

J’ai honte de tout ça.

 

Il y a des évidences

Qui éteignent ma voix,

Mais quand ma plume pense

Elle ne s’arrête pas.

Elle pleure pour tout ça.

Pour deux hommes simplement

Qui se donnent tous les droits.

Ils affament les enfants

Pour continuer leur combat.

Ou sont les enfants rois ?

 

Tous ces mots qui sont là,

Ne les nourriront pas,

Mais à trop en faire voir,

On oubliera leurs regards.

S’il y a quelqu’un qui veille,

C’est bien lui que j’appelle.

Autant de différences

Qu’on étale à outrance,

Mais cela fait vivre des tas de gens

La tristesse de notre temps.

Il faut que je te dise :

J’ai honte de tout ça. 

 

 

Patrice ADAM

 

 

 

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES DE "SOCIETE"
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 23:38

 

PROMETS MOI

 

 

Si un jour, Il manque une attitude.

Promets moi.

Si un jour, il y a des solitudes.

Promets moi.

Si un jour, le silence s'éternise.

Promets moi.

Et que ton sommeil s'amenuise.

Promets moi

Si un jour, tes yeux parlent au ciel.

Promets moi.

Si un jour, il manque des étincelles.

Promets moi.

Si un jour, tes mots sont sans réponses.

Promets moi

Si un jour, la vie devient plus sombre.

Promets moi.

Si un jour, il n'y a que des photos.

Promets moi

Si un jour, c'est la vie en vidéo.

Promets moi.

Si un jour, il y a l'absence.

Promets moi.

Si un jour, tu suis d'une marche lente.

Promets moi.

Si un jour, dans les pages je ne suis plus.

Promets moi.

Si un jour, mon cœur a des fleurs dessus.

Promets moi

 

Laisses venir les pleurs,

Et couler l'eau sur tes joues.

Mais ne fais pas que ces pleurs

Sèchent ton cœur jusqu'au bout.

Continus à aimer les fleurs,

la lumière du petit jour.

Je resterai près de ton cœur.

Et dans le vent, je caresserai ta joue

 

 

Patrice ADAM

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES D'AMOUR
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 00:37

POUR TE DIRE

 

Tout près de lizbeth,

C'était une fête.

Il y avait de la joie

Et bien plus que ça.

J'ai mis mon amour,

J'ai mis mes toujours,

Au risque de tomber.

Et je suis tombé

Quand elle est partie

Très loin de ma vie.

Très loin de mes yeux,

Humides un petit peu.

Coquelicot fragile

que le vent deshabille.

Forte comme le tonnerre

quand elle était en colère.

 

Il me reste une photo

Et un petit mot

Ou il n'y a rien d'écrit.

Dessus, elle a mis

L'empreinte de ses lèvres.

Rien à ma dire

pour ne pas me mentir.

 

Ces mots sont pour toi,

Lizbeth loin de moi.

Pour te dire qu'au fond de moi,

Je ne t'oublie pas.

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES "LA VIE "
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 02:14

 

ALORS, JE PARS.

 

Puisque l’on ne peut pas

Et comme l’on n’en a pas le droit.

Comme tu es ma complice,

Tout autant que mon supplice.

Puisque notre amour

Ne verra jamais le jour

Et que mon cœur

Ne résistera pas pendant des heures,

Alors, je pars.

 

Garde moi cette chance

Que nous avions dans l’enfance

Ou ta main et la mienne

Se tenaient sans un je t’aime.

Avant que mon cœur

Soit frappé par cette douleur

De cet amour impossible

Que la vie rendait imprévisible.

Alors, je pars.

 

Je t’aurai parlé

De ce dieu qui t’as tant aimé.

Qui est devenu goutte d’eau

Juste pour frôler ta peau,

Et qui à jamais

Dans le vent c’est évaporé.

Il en fait un parfum

Que ta peau porte si bien.

Je sais que jamais,

Je ne devais avoir ces pensées.

Ses pensées qui me font peur

toi qui a déjà donné ton cœur.

Mais, je t’ai vu nue

Dans cette lumière ingénue.

Douleur de mon âme,

Gravure de toi qui s’enflamme.

 

Tous ses mots qui apparaissent ;

tous ses gestes qui me transpercent .

Vouloir rejeter l’idée

Qui venait des que tu apparaissais,

Car tu es si belle

Que tu en es presque irréelle.

Mais on ne se bat pas

Contre ce que l’on ne comprend pas.

C’est dur de le dire,

Tout autant que de partir.

Surtout ne pas tuer

Toute notre complicité,

Et ces images qui m’effleurent

Sont d’une beauté qui me fait peur.

Je veux éloigner mes mains

De ta peau satin.

 

 

Cette nuit d’été,

Je la bannis à jamais.

Elle a fait de moi l’esclave

D’un amour, d’une flamme.

Et même si elle s’apaise,

Il reste toujours une braise

Qui pourrait devenir un grand feu

Et nous tuerai tout les deux.

 

si tu ne comprends pas

Pourquoi je m’en vais comme ça.

Peut-être qu’un jour,

Je t’expliquerai mon parcours.

 

Le dessin de tes yeux

Est-ce que j’ai de plus précieux.

Mais l’amour me fait partir

Pour ne pas prendre ton sourire.

 

Alors, je pars !

 

 

 

Patrice ADAM

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES D'AMOUR
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 00:26

 

IL Y A TANT

 

Il y a tant d’espoir

Que l’on voudrait croire.

Il y a tant d’amour

Qui éclair le jour.

Il y a tant de pleurs

Qui sèchent les fleurs.

Il y a tant de rêves

Qui un jour s’achèvent.

Il y a tant de chaleur

Qui remplissent nos cœurs.

 

Il y a tant de miroirs

Qui sont sans histoire.

Il y a tant d’enfance

De soleil qui danse.

Il y a tant de batailles

Pour si peu de médailles.

Il y a dans le ciel

Sans étoiles qui veillent.

 

Il y a tant à apprendre

D’une main qui tremble.

Il y a tant de parfums

Qui bercent nos chemins.

Il y a tant de doutes

Qui freinent nos routes.

Il y tant de force

Dans le regard d’un gosse.

 

Il y a tant de mots

Qui percent la peau.

Il y tant de musique

Et d’instant magique.

Il y a tant de regards

D’un amour avare.

Il y tant d’espoir

Auquel on veut croire.

 

J’ai appris vaincre tant de doute.

J’ai appris à lire les mots flous.

J’ai appris contre et malgré tout.

J’ai appris à y croire jusqu’au bout.

 

 

 

Patrice ADAM

Partager cet article

Published by Patrice ADAM - dans TEXTES
commenter cet article